Psychologie Évolutionniste (1): représentations et enjeux

Depuis plusieurs mois, on observe une recrudescence d’argumentaires en provenance de certains milieux opposés à la justice sociale (extrême droite, masculinistes, libertariens) martelant que les militant·es pour la justice sociale (féministes, antiracistes, etc.) auraient tout faux parce qu’iels ne prendraient pas en compte la biologie, et en particulier l’histoire évolutive de l’humanité.

Le discours conservateur présente ces militant·es pour la justice sociale comme défendant une vision “constructiviste” de la société, selon laquelle les comportements seraient induits par notre socialisation. Les conservateurices y opposent une vision réductionniste et biologisante de la société, reposant sur l’idée que nos comportements sont tout ou partie induits par notre histoire évolutive. Ces personnes avancent un argument en deux temps qui semble à première vue tomber sous le sens :

  1. les humains sont des animaux, et à ce titre la sélection naturelle a dû agir sur tous nos organes dont notre cerveau (jusque là tout est normal),
  2. donc la sélection naturelle a dû agirsur nos comportements, en sélectionnant ceux qui présentaient un avantage évolutif.

Autant la première partie de l’argument ne soulève aucune objection particulière, essentiellement parce que tout le monde y adhère, autant la seconde partie demande à être discutée.

Les personnes qui invoquent cet argument font un non sequitur : la conclusion du point 2. ne suit pas des prémisses du point 1. Cela n’est possible qu’en s’appuyant sur le caractère indéniable de la première partie, pour faire passer la deuxième partie comme un corollaire évident de celle-ci, alors que le lien n’est a priori pas du tout évident. En effet dans la première partie on sous-entend que la sélection naturelle s’opère d’abord sur les organes pour ensuite, une fois l’approbation acquise sur cette première proposition, laisser entendre qu’elle devrait aussi agir sur les traits psychologiques humains et sur nos comportements sociaux par une sorte d’évidence implicite.

En général ce genre d’assertion est faite sans prendre de précaution vis à vis du sens qu’on accorde aux mots “traits psychologiques” et “comportements sociaux”. C’est à chacun·e d’y associer ce qu’iel souhaite y trouver, et c’est justement l’un des objectifs de l’argument : être persuasif en s’appuyant sur des prémisses consensuelles et suffisamment floues. S’il est évident que la cognition humaine admet une histoire évolutive (Heyes 2012), ce n’est certainement pas de la façon dont le regard conservateur le perçoit : c’est à dire pas d’une manière aussi mécanique et computationnelle qu’iels le sous-entendent. Autrement dit, l’argument “Étant des animaux nous sommes le produit de plusieurs millions d’années d’évolution, et notre psychologie n’en fait pas exception.” est un argument qui formellement ne tient pas la route.

La faiblesse logique de l’argument ne doit pas cacher qu’il est en réalité une version édulcorée et vulgarisée de toute une discipline universitaire — la psychologie évolutionniste (ou évopsy) — qui, du fait qu’elle représente un domaine entier de recherches, ne peut possiblement pas être réfutée par un simple claquement de doigt. Les milieux conservateurs anti-justice sociale ne s’y sont pas trompés, et sont donc de plus en plus nombreux à se référer à ce domaine de recherches pour conférer de la légitimité scientifique à leur argumentaire.

Julien Rochedy est un masculiniste d’extrême-droite proposant des formations pour “re-viriliser” les hommes.

Les fondements de la psychologie évolutionniste

Il existe bien entendu une grande variété d’approches évolutionnaires aux comportements humains (Buller 2005, Guillo 2012, Scher & Rauscher 2003), mais nous nous concentrerons ici sur le champ plus spécifique de la psychologie évolutionniste. Celle-ci est comprise comme une approche nativiste de la cognition qui considère l’esprit humain comme une collection de modules ayant des fonctions cognitives spécifiques permettant de résoudre les problèmes rencontrés par nos ancêtres (majoritairement du Pléistocène).

Ce domaine de recherche s’inscrit comme un héritier de l’éthologie, de la psychologie expérimentale et de la sociobiologie (Griffiths 2008), promue par Wilson dans son livre éponyme de 1975 (Wilson 1975). À sa suite, les quelques recherches de psychologie évolutionniste entamées dans les années 1980 débouchèrent sur l’acte fondateur de la discipline : la publication du livre “Adapted Mind” de Barkow, Tooby et Cosmides en 1992 (Barkow et al. 1992), suivi par l’article paradigmatique de Buss en 1995 (Buss 1995). Le domaine s’est ensuite institutionnalisé avec la publication par Buss d’un manuel universitaire dont la sixième édition vient d’être publiée (Buss 2019), ainsi que d’autres ouvrages majeurs compilant les derniers résultats théoriques et empiriques (Buss 2005). La psychologie évolutionniste a aussi été largement publicisée par l’ouvrage destiné au grand public et intitulé “How the mind works”, par le désormais relativement connu Steven Pinker (Pinker 1997).

Le but de la psychologie évolutionniste est d’étudier le comportement humain, interprété comme le produit de mécanismes psychologiques sélectionnés tout au long de notre histoire évolutive. Ces mécanismes seraient activés par notre environnement social direct et par les interactions que l’on a avec les autres humains. La discipline s’intéresse principalement aux trois questions suivantes : (1) Quelles sont les fonctions de la structure cognitive de l’esprit humain et de ses composantes ? (2) Comment est-ce que ces composantes cognitives interagissent avec les stimuli extérieurs pour produire un comportement observable ? (3) Quels sont les processus évolutifs qui ont modelé l’esprit humain dans sa structure cognitive actuelle ? (Buss 2019)

Notez que nous ne parlons ici que de l’esprit (= mind) et pas du cerveau (= brain), autrement dit les psychologues évolutionnistes sont plus intéressé·es par le software que par le hardware, même s’iels doivent nécessairement faire des hypothèses sur la structure de ce dernier pour justifier que la sélection naturelle opère sur le cerveau et sur l’esprit (Barrett & Kurzban 2006, Carruthers 2006, Frankenhuis & Ploeger 2007). Dans cette discipline, le fonctionnement des mécanismes psychologiques est en effet pensé en analogie avec le fonctionnement d’un ordinateur :

Input (stimulus) → algorithme cognitif → Output (comportement)

Ce schéma computationnel n’est pas caractéristique de la psychologie évolutionniste puisqu’il est aussi utilisé en sciences cognitives, mais à une échelle beaucoup plus réduite (Fodor 2000) : là où les chercheur·ses en sciences cognitives se limiteront à l’utiliser dans le contexte de tâches motrices ou cognitives très simples, les psychologues évolutionnistes l’étendent à tous les comportements humains. En effet, le fait que les comportements en sortie soient littéralement déclenchés par les stimuli reçus en entrée est une hypothèse nécessaire pour ensuite justifier que la sélection naturelle puisse opérer sur ces mécanismes psychologiques (Confer et al. 2010, Buss 2019).

Par sa proximité théorique avec les sciences cognitives, la psychologie évolutionniste se revendique comme étant une science de la nature. Les psychologues évolutionnistes justifient cette qualification en expliquant que les méthodes employées dans leur domaine sont celles de la psychologie expérimentale (Lewis et al. 2017), ainsi qu’en multipliant les références au critère de falsifiabilité de Popper (Ketelaar & Ellis 2000, Lewis et al. 2017, Buss 2019). Cette revendication est centrale pour la discipline puisqu’elle lui permet de gagner en légitimité scientifique. Naturellement, cet argument déborde bien souvent du champ proprement scientifique pour être très logiquement revendiqué par un discours conservateur qui l’oppose à la prétendue absence de scientificité des sciences sociales, accusées d’être plus idéologiques que scientifiques (parce que les vérités qu’elles dévoilent sur la société sont manifestement trop “de gauche”).

Libertarien défendant la plus grande légitimité scientifique de l’évopsy.

Étant donné que la psychologie évolutionniste est de plus en plus invoquée par les milieux conservateurs pour s’opposer au militantisme pour la justice sociale et légitimer le statu quo, il semble important de produire des ressources informées sur ce qu’est cette discipline universitaire. Nous proposons donc dans cette série d’articles de présenter les limitations intrinsèques aux fondements théoriques de la psychologie évolutionniste (article 2), de discuter ses prétentions explicatives du monde social (article 3, à paraître), ainsi que de comprendre la manière dont elle s’est développée et institutionnalisée (article 4, à paraître) et dont elle est mobilisée dans les discours conservateurs (cet article).

Bien entendu, comme il est usuel en sciences sociales, il n’est à aucun moment question d’émettre un quelconque jugement de valeur sur la psychologie évolutionniste en tant que discipline. Nous nous contenterons d’ailleurs de ne présenter que des faits sourcés. Critiquer la manière dont le discours conservateur invoque cette discipline pour légitimer son idéologie essentialiste et biologisante n’est en aucun cas une critique scientifique de la discipline en elle-même, critique qui ne peut se faire qu’en des termes scientifiques. Par contre, la question politique du bien fondé de faire de la recherche ayant des répercussions politiques désastreuses reste toujours en suspens, et sera éventuellement abordée dans un autre article.

L’offensive scientiste sur les sciences sociales

En cherchant à tracer une origine évolutive aux comportements humains, la psychologie évolutionniste contribue à naturaliser ce qui a priori relève des sciences humaines (McKinnon 2011). Cela ne poserait a priori pas de problème si elle se contentait de rester dans le domaine de l’anthropologie biologique — c’est à dire l’étude des comportements humains en tant qu’espèce — et ne s’aventurait pas à prétendre décrire les comportements des individus eux-mêmes, ce qui est l’objet d’étude traditionnel des sciences sociales. Or les psychologues évolutionnistes ne se cachent pas de proposer des explications aux comportements humains en tant qu’individus, qui soient alternatives à celles produites par les sciences sociales, et qui visent à les remplacer (Barkow et al. 1992, Buss 1995). Par exemple, Tooby et Cosmides n’hésitent pas à calomnier frontalement les sciences sociales et à mettre en doute leur pertinence scientifique dans le texte fondateur de leur discipline qui ouvre le livre Adapted Minds (Barkow et al. 1992).

Cet impérialisme disciplinaire transpire en dehors du seul champ scientifique, et se translate dans la sphère politique, puisqu’il est facilement récupérable par les milieux conservateurs. Comme la psychologie évolutionniste revendique sa proximité avec la biologie et sa légitimité scientifique, les milieux conservateurs voient dans cette discipline un moyen efficace de s’opposer au discours des militant·es pour la justice sociale, dont les arguments politiques majoritairement alimentés par les sciences sociales seraient de ce fait moins “scientifiques”, et donc moins légitimes. Cette hiérarchie des légitimités scientifiques des différentes sciences est caractéristique de nos sociétés contemporaines occidentales dans lesquelles la science est élevée comme valeur cardinale (Stengers 2002, Carnino 2015). Les sciences formelles et les sciences de la nature — c’est à dire celles qui sont le plus quantifiables — sont vues comme l’archétype d’une “bonne” science, tandis que les sciences humaines et sociales sont socialement dévalorisées, sous prétexte que leurs fondements théoriques et méthodologiques seraient moins rigoureux.

La hiérarchie des disciplines en fonction de leur prétendue légitimité scientifique est représentée ici d’une manière qui se veut drôle, alors que cela ne fait qu’alimenter encore plus cette hiérarchie (“Purity”, par xkcd).

Dans notre société, défendre un argument politique en revendiquant son assise scientifique est un argument d’autorité. Être du “bon côté” des sciences (c’est à dire du côté des sciences de la nature) représente donc un avantage dans les rapports de force politiques. Il est donc commun dans un débat de voir des gens se revendiquer de telle science pour pouvoir mieux délégitimer telle autre, comme si on avait abattu sa meilleure carte Pokémon. Bien sûr cet argument rhétorique ne peut fonctionner que parce que nous plaçons en général beaucoup plus de valeur dans les résultats des sciences de la nature que dans ceux des sciences sociales.

Pour éviter de tomber dans le piège de la comparaison des légitimités scientifiques — qui ferait certainement dérailler le débat vers la question de la scientificité des sciences sociales — masquant ainsi le contenu politique des arguments avancés, nous prendrons garde à distinguer les énoncés scientifiques (produit par les chercheur·ses et à destination d’autre chercheur·ses) et les énoncés politiques d’inspiration scientifique (essentiellement dès que quelqu’un invoque un résultat scientifique dans un argumentaire pour soutenir son point). Bien sûr, comme nous l’ont montré l’histoire et la sociologie des sciences, la distinction n’est ni aussi simple, ni aussi binaire que cela (Putnam 2002), mais nous nous en contenterons néanmoins pour l’instant. Ce qu’il faut garder en tête c’est qu’un énoncé scientifique est nécessairement contaminé dès lors qu’il sort du champ scientifique. Il n’y a pas d’utilisation “pure” d’un énoncé scientifique en dehors du milieu scientifique.

Ainsi, lorsque les publics conservateurs convoquent la psychologie évolutionniste dans un débat politique, ce n’est pas par souci d’être rigoureux scientifiquement, mais pour des raisons idéologiques :

  1. le discours naturalisant sur les comportements humains que cette discipline produit, permettant de légitimer le statu quo social,
  2. la légitimité scientifique que la psychologie évolutionniste retire de sa proximité avec la biologie, permettant de remporter la conviction des gens qui doutent du point 1.

Bien entendu, ce n’est en général pas fait de manière consciente : les conservateurices sont réellement convaincu·es que la psychologie évolutionniste est plus crédible que les sciences sociales car iels sont réellement convaincu·es de la hiérarchie des sciences. D’autre part, iels ne sont pas spécialement attentif·ves à la distinction entre les énoncés scientifiques et les énoncés politiques que nous avons présentée plus haut. Pour elleux, un énoncé scientifique peut se transporter tel quel dans un discours politique sans craindre de contamination dûe au contexte, au format, etc. Cela engendre chez elleux l’impression d’être du côté de “la” science, et de ne pas faire de militantisme politique, alors que c’est tout le contraire : leur discours est complètement politisé, au point de se revendiquer de la science pour faire passer leurs idées réactionnaires comme du bon sens.

C’est en cela que nous pouvons qualifier leur discours de scientiste puisque ces personnes encensent “la Science” comme moyen ultime de connaissance qui permette ensuite de proposer des politiques publiques qu’iels pensent épurées de toute influence idéologique. Or c’est tout l’inverse : leurs positions profondément idéologiques (conservatrices) conditionnent leur affiliation disciplinaire, et la récupération sélective des énoncés scientifiques qui pourraient soutenir leurs idées. Leur scientisme se manifeste lorsqu’iels soutiennent qu’il faut privilégier les disciplines qui se revendiquent des sciences de la nature pour conduire les politiques publiques — sous prétexte qu’elles sont “plus scientifiques” — en effaçant un siècle de résultats de recherches en sciences sociales sur le même sujet. Le scientisme s’appuie sur la croyance que les sciences de la nature produisent des résultats qui approchent au mieux ce qui est “la vérité”, tandis que les sciences sociales ne seraient qu’imparfaites et relatives.

Bo Winegard est un Free Speech Warrior de l’Intellectual Dark Web, qui a écrit un manifeste sur les bienfaits du scientisme dans un magazine anglophone ouvertement anti-progressiste. Il a une vision idéaliste des sciences naturelles, comme beaucoup de psychologues évolutionnistes.

Ce type d’opposition scientiste aux revendications militantes pour la justice sociale s’est particulièrement manifesté aux États-Unis ces dernières années dans ce qu’on appelle les free-speech wars. Dans des universités au Canada et aux États-Unis, des conférencier·es conservateurices ont en effet réprouvé les interruptions de leur performance par des groupes féministes et anti-racistes. Ce genre d’événement a largement été récupéré par les groupes conservateurs américains (majoritairement libertariens et Alt-Right) pour s’opposer au militantisme pour la justice sociale. Un mouvement d’universitaires et d’intellectuel·les aux prétentions rationalistes s’est même rassemblé autour de cette problématique spécifique en se désignant sous le nom ronflant d’Intellectual Dark Web. Ces conservateurices issu·es de différents courants de la droite américaine, ou plus rarement du camp démocrate modéré, se prétendent “centristes” par souci de distinction vis à vis de la binarité du spectre politique, mais ciblent en réalité systématiquement la gauche militante. Iels prétendent que le militantisme pour la justice sociale est une régression intellectuelle et une menace pour les libertés académiques et pour la liberté d’expression sur les campus. Dans leur bouche, les grandes universités nord-américaines seraient gangrénées par ces mouvements d’extrême gauche, qualifiée de “gauche identitaire”, qui serait prétendument tombée dans un spirale de raisonnement spécieux, qualifiés de post-modernes et d’anti-science.

Ces free speech warriors défendent la liberté d’expression (la leur) et la science (lorsqu’elle va dans leur sens), et sont de fervent·es promoteurices de la psychologie évolutionniste dans le débat public. Iels s’attaquent aux science sociales, et tout particulièrement aux critical studies, qu’iels qualifient de grievance studies, sous prétexte qu’elles ne seraient que des disciplines dont le but premier serait de se plaindre d’oppressions systémiques imaginaires. Or, en voulant fermer ou réformer ces départements d’humanités, les free speech warriors posent en réalité un réel danger pour les libertés académiques. Leur vision de la science est complètement idéalisée : iels ont une croyance aveugle en la hiérarchie des sciences présentée plus haut, de laquelle découle un scientisme patenté.

En France la rhétorique de l’Intellectual Dark Web commence à faire des émules, notamment sous la plume de Peggy Sastre qui partage et traduit des contenus issus de cette mouvance. En particulier un partenariat a été récemment établi à son initiative entre le magazine anglophone libertarien scientiste Quillette et l’hebdomadaire Le Point, promouvant les idées de la psychologie évolutionniste pour attaquer la “gauche identitaire” et les universitaires qui seraient “trop conciliants” avec ces idées. Sur le plan académique, la sociologie n’est pas seulement attaquée de l’extérieur par les milieux conservateurs, mais aussi par certains sociologues aux volontés naturalisantes tels que Gérald Bronner. En l’occurrence, la volonté de naturaliser la sociologie repose plus sur une démarche politique et polémique, que sur une tentative à proprement parler scientifique (Saint-Martin 2018).

L‘argumentaire anti-justice sociale

Ayant décrit cette approche scientiste (éventuellement inconsciente) de la politique, penchons-nous désormais sur les arguments que les milieux conservateurs (libertariens y compris) opposent au militantisme pour la justice sociale. Ces arguments consistent en plusieurs volets:

  1. “les comportements humains sont déterminés “biologiquement”, c’est à dire par l’histoire évolutive de notre espèce”,
  2. “les sciences sociales sont idéologiques et devraient prendre en compte la biologie”,
  3. “nous avons raison car nous sommes du côté de la science”.

Nous avons déjà vu que le dernier argument est une pirouette argumentative : les milieux conservateurs prétendent être du côté de “la” science parce qu’ils invoquent des arguments issus de la psychologie évolutionniste, qui se revendique être une science de la nature.

Le second argument et le premier sont intrinsèquement liés : tentons d’y voir plus clair en analysant plus avant le second. Les sciences sociales sont traditionnellement associées dans notre société à la description fine du fonctionnement du tissu social. D’autre part, elles s’intéressent aussi au comportements des individus, puisqu’ils interagissent avec leur milieu social. Malgré la tradition de réflexivité assez poussée nourrie par les sciences sociales, elles subissent régulièrement les attaques des milieux conservateurs qui les accusent d’être aveugles à leurs prétendus biais idéologiques (comprendre de gauche).

Ce type de discours (ici caricatural) se retrouve chez d’autres gens de manière beaucoup plus douce et pernicieuse, mais c’est toujours la même idée derrière : la sociologie n’est pas scientifique mais idéologique.

En exigeant que les sciences sociales prennent en compte l’histoire évolutive de l’humanité et une supposée “nature humaine”, les milieux conservateurs souhaitent toujours ressusciter le fameux débat “nature/culture”. Or, prétendre que ce débat est toujours inachevé est manifestement la marque de la mauvaise foi ou celle de l’ignorance, puisque cela nous ramènerait plusieurs décennies en arrière (Fox Keller 2010). Mais cela arrange bien les conservateurices qui ne s’embarrassent pas de lire la littérature savante et se proposent plutôt de revivifier ce débat en le présentant comme toujours inconclu. Ramener le clocher au milieu du village est déjà une victoire en soi puisqu’elle permet de semer le doute.

Les sciences sociales qui ne se plient pas à l’exigence naturalisante — c’est à dire la majorité d’entre elles — sont donc profondément délégitimées dans le discours conservateur. Leur rigueur théorique et méthodologique est niée, et il leur est sommé de se rapprocher des sciences de la vie, puisqu’elles sont accusées de ne pas “assez” prendre en compte le destin biologique de l’humanité. Cette exigence est en réalité profondément vague et repose sur une mécompréhension profonde de ce qu’est une science, et les spécificités de la construction de ses objets de recherche. Penser que la sociologie doit s’inspirer de la biologie — et en particulier de la psychologie évolutionniste — c’est croire implicitement que les objets étudiés et les discours produits par ces deux sciences sont commensurables. Or cela n’est absolument pas évident, et quand bien même cela serait le cas, ce n’est certainement pas dans la sphère publique que ce genre de discussions subtiles pourraient avoir lieu. Cette exigence est donc un argument politique grossier et mensonger qui ne peut fonctionner que parce que le grand public a des représentations largement erronées de ce que sont ces sciences et leur fonctionnement.

Cet impérialisme disciplinaire (l’injonction faite aux sciences sociales de se rapprocher des sciences de la nature) est une tentative de réécriture du social par des instances purement cognitivistes et biologisantes qui, par ailleurs, ne prennent pas garde à l’échelle de la description et qui effacent de ce fait toute la finesse et la particularité de la description sociologique. C’est même plutôt l’inverse qui devrait se passer : les recherches en biologie auraient en effet beaucoup à gagner à intégrer des cours de sciences humaines et sociales, afin de profiter des avancées majeures que ces disciplines ont permises vis à vis de l’objectivisation en sciences (Daston & Gallison 2007, Ibáñez et al. 2017). En effet la manière de considérer son objet de recherche peut être rendue plus objective en prenant conscience des biais induits par les catégories de pensées communément partagées mais qui sont situées historiquement et socialement (Longino 1990). Or les conservateurices ne peuvent entrevoir cette possibilité et revendiquent au contraire le prétendu parti-pris politique des sciences sociales.

Un des arguments que le discours conservateur mobilise pour justifier la nécessité qu’aurait la sociologie à prendre en compte la psychologie évolutionniste est de dire tout simplement que “l’évolution ne s’est pas arrêtée au cou”. Sous-entendu : elle a aussi agi sur le cerveau, et donc sur l’esprit. Ce sophisme faisant appel au sens commun mais dont la pauvreté explicative ne respecte pas les standards de la rigueur scientifique a pour but de faire passer les personnes prétendument constructivistes pour des gens irrationnels. Un autre argument se rapproche plus de la technique du chiffon rouge : “Nous sommes une espèce vieille de plusieurs millions d’années, il est irrationnel de nier que l’esprit humain n’a pas été modelé par cette évolution.” Cet argument est encore une fois tellement vague qu’il n’a aucun sens scientifiquement parlant, et ne sert donc qu’à faire passer son adversaire pour quelqu’un d’irrationnel.

Argument trouvé dans le twitter libéral.

Plus généralement, les free speech warriors anglophones ont inventé un mot pour isoler, désigner et mieux attaquer le prétendu constructivisme des militant·es pour la justice sociale : le blank-slatism. Ce mot, qui se traduit en français par “ardoise blanche”, désigne l’idée d’une tabula rasa : que nous naitrions avec un esprit vierge de toute prédisposition cognitive, et qui ne se structurerait que sous le processus de socialisation. Bien entendu le flou et la confusion seront systématiquement maintenus sur ce qu’on entend dans les mots “vierge de toute prédisposition cognitive”. Les conservateurices n’hésiteront d’ailleurs pas à faire savoir que leurs opposant·es sont extrêmes à ce sujet : des livres ont été écrits entièrement sur le sujet (Pinker 2002) et des psychologues évolutionnistes invoquent ce terme (Confer et al. 2010). Or c’est essentiellement un homme de paille monté de toutes pièces par ces milieux conservateurs pour mieux attaquer les sciences sociales et le militantisme pour la justice sociale, à l’image de l’expression “la théorie du genre” qui a été explicitement créée par le Vatican au tournant des années 2000 pour fédérer les milieux catholiques contre les réformes politiques luttant contre les stéréotypes de genre (Garbagnoli & Prearo 2017).

Ayant débroussaillé la manière dont les milieux conservateurs s’attaquent aux sciences sociales, retournons désormais au premier argument qu’ils utilisent souvent pour naturaliser les comportements humains et ainsi légitimer le statu quo. Ne s’embarrassant pas des précautions et de la rigueur auxquelles sont tenu·es habituellement les scientifiques, les conservateurices (ainsi que certain·es psychologues évolutionnistes) affirment que les résultats de la psychologie évolutionniste s’appliquent tels quels aux humains. Plus précisément, iels sous-entendent que nos actions sont les outputs directs de mécanismes cognitifs qui ont été sélectionné au cours de notre histoire évolutive, sans se préoccuper du niveau de description des énoncés produits par la psychologie évolutionniste. On voit ici la propension à naturaliser de manière extrême les comportements humains, en niant la pertinence des explications sociologiques à décrire le social à l’échelle des individus (et non de l’espèce), au profit d’explications évolutionnistes qui n’ont pas démontré qu’elles s’appliquaient à cette échelle.

En naturalisant les comportements sociaux, le discours conservateur cherche à légitimer le statu quo en se réclamant d’une science de la nature. Par exemple, l’argumentaire pour expliquer la division genrée du travail dans notre société se décline ainsi : cette division ne serait que la résultante de choix individuels faits par les femmes et les hommes qui composent notre société. Ces choix seraient le produit de notre psychologie, et donc de notre histoire évolutive. La division genrée du travail s’expliquerait donc par la théorie de l’évolution (modulo bien sûr une fine pincée de socialisation pour la forme), voici ce qu’essaient de nous dire les conservateurices. Cet argumentaire est recyclé pour traiter tous les sujets de société : de la répartition des étudiants et des étudiantes dans les différents cursus universitaires, à la différence entre les taux de décès chez les jeunes hommes et chez les jeunes femmes.

Les milieux conservateurs préféreront ainsi utiliser le mot “différence” plutôt qu’ “inégalité” pour parler des divisions sociales genrées, même si ces différences induisent des inégalités de traitement. Ce qui est cependant au coeur de l’utilisation du mot “différence”, c’est la dépolitisation de la question sociale soulevée par les inégalités induites par les différences de traitement des individus en fonction de leur genre. Par exemple, les conservateurices clament haut et fort que les militant·es pour la justice sociale voient des inégalités là où il n’y a que des différences de choix individuels, et que ce n’est pas parce qu’il y aurait une différence entre femmes et hommes qu’il faudrait absolument chercher à tout prix à la compenser. En faisant cela, le discours conservateur défend le statu quo dans la société puisqu’il sous-entend que les divisions genrées des occupations et des comportements ne sont que le produit de l’évolution et que le militantisme pour la justice sociale se trompe de combat et devrait se rendre à l’évidence.

L’argumentaire semble cohérent, or il s’appuie sur des pièges rhétoriques et sur le flou des concepts utilisés. Les conservateurices utilisent les euphémismes (“partiellement influencées”) pour en fait pousser leurs explications naturalisantes sur le devant de la scène.

Pour policer leur discours lorsqu’iels se font surprendre à promouvoir ce déterminisme biologique, les conservateurices n’hésiteront pas à affaiblir temporairement leur position pour se présenter comme plutôt raisonnables. Une des manières privilégiées qu’iels ont de faire cela est d’utiliser des euphémismes et de dire qu’il n’y a pas de déterminisme biologique à 100% (merci de rappeler cette évidence). Une autre manière de se prémunir des accusations de promouvoir un déterminisme biologique est d’énoncer, souvent de manière condescendante, qu’adhérer à l’idée que le déterminisme biologique des comportements humains justifierait la morale et nos choix politiques procède d’un paralogisme naturaliste (ou “is-ought fallacy” en anglais), autrement appelé “Loi de Hume” (Putnam 2002). Ce n’est en effet pas parce que quelque chose “est” (par exemple le fait qu’il y ait des différences observables entre les femmes et les hommes), qu’elles “doivent être” (c’est à dire être validées et renforcées par le système symbolique de notre société). Cet argument permet aux conservateurices de se faire passer pour moins conservateurices qu’iels ne le sont, car en général ce genre de bonnes paroles n’est jamais suivie d’effets : iels s’opposent toujours au progrès social et continuent de promouvoir en douce la naturalisation du social.

Un autre argument du même genre, qui revient dans leur bouche pour promouvoir l’utilisation de la psychologie évolutionniste, tout en se faisant passer pour des réformateurices bienveillant·es, c’est le suivant : le fait de connaître les raisons profondes qui sont à l’origine des comportements humains pourrait permettre aux décideur·ses politiques de mieux savoir comment remédier aux inégalités. L’idée serait que si l’on connaît les raisons (évolutives) qui expliquent les inégalités sociales, on pourrait les compenser si on le souhaitait. Étonnamment il n’est jamais dit nulle part comment ou pourquoi cela serait utile de connaître les origines évolutives des inégalités pour y remédier. C’est d’autant plus cynique que les conservateurices qui avancent ce type d’arguments de manière totalement décomplexée n’ont aucune volonté réformatrice de la société. Iels cherchent juste à se parer d’un vernis de respectabilité pour ne pas être accusé d’être trop déterministes.

Bien sûr d’autres personnes plus modérées (et pouvant même se définir de gauche progressiste) peuvent utiliser sincèrement et sans arrière pensée tout cet argumentaire pour justifier la pertinence que revêt à leurs yeux la psychologie évolutionniste. Mais cela n’enlève en rien la pauvreté argumentative de ce discours, et contribue au contraire à banaliser et à appuyer les revendications conservatrices concernant la psychologie évolutionniste. Reprendre un discours conservateur, lorsqu’on se dit progressiste, contribue en effet à renforcer les effets de ce discours. Une personne se disant progressiste et tenant à défendre le bien-fondé de la psychologie évolutionniste aurait tout à gagner à marquer clairement et régulièrement son opposition à la récupération conservatrice de sa discipline, ainsi qu’à développer une argumentation plus fine et rigoureuse que celle produite par les conservateurices. C’est là une des grandes responsabilités que devraient assumer les psychologues évolutionnistes qui se disent progressistes.

Nous voyons ainsi comment la psychologie évolutionniste peut tout à fait se fondre dans un discours promouvant le conservatisme social. Est-ce à dire que la psychologie évolutionniste est une science au service d’une idéologie “conservatrice” ? (Lewontin 1991) Il n’est pas question ici de répondre à cette question, puisqu’elle requiert de produire une analyse fine des rapports symboliques et politiques entre les champs de recherche que sont la psychologie évolutionnistes et les sciences sociales, ainsi qu’entre les représentations de la science et le champ politique — analyse que nous n’avons pu qu’esquisser dans cet article. Quoi qu’il en soit, rappelons-nous que les résultats et l’aura de scientificité de la psychologie évolutionniste servent de support rhétorique fécond à l’argumentaire de plusieurs mouvements conservateurs (extrême droite, masculinistes, libertariens). Il est donc important de leur opposer une réponse forte et argumentée, qui nécessite de se plonger dans les fondements théoriques de la psychologie évolutionniste et d’évaluer ses prétentions à dire le social de la même manière que les sciences sociales.

Un grand merci à tous·tes les relecteurices qui ont permis d’éclaircir et de préciser certains passages.

Kumokun est aussi sur Twitter !

Bibliographie

Barkow, J. H., Cosmides, L., & Tooby, J. (Eds.). (1992). The adapted mind: Evolutionary psychology and the generation of culture. Oxford: Oxford University Press.

Barrett, H. C., & Kurzban, R. (2006). ‘Modularity in cognition: framing the debate.’ Psychol. Rev., 113(3): 628–47.

Buller, D. J. (2005). Adapting minds: Evolutionary psychology and the persistent quest for human nature. Cambridge, MA: MIT Press.

Buss, D. M. (1995). ‘Evolutionary psychology: A new paradigm for psychological science.’ Psychol. Inq., 6(1): 1–30.

Buss, D. M. (Ed.). (2005). The handbook of evolutionary psychology. Hoboken, NJ: John Wiley & Sons Inc.

Buss, D. M. (2019). Evolutionary psychology: The new science of the mind. New York, NY: Routledge.

Carnino, G. (2015). L’invention de la science : La nouvelle religion de l’âge industriel. Paris, Seuil, coll. “L’univers historique”.

Carruthers, P. (2006). The Architecture of the Mind, Oxford: Oxford University Press.

Confer, J., Easton, J., Fleischman, D., Goetz, C., Lewis, D. M. G., Perilloux, C., & Buss D. M. (2010). ‘Evolutionary psychology: Controversies, questions, prospects, and limitations.’ Am. Psychol., 65(2): 110–26.

Daston, L. & Gallison, P. (2007). Objectivity. Cambridge, MA: Zone books.

Fodor, J. A. (2000). Representation and mind. The mind doesn’t work that way: The scope and limits of computational psychology. Cambridge, MA: The MIT Press.

Fox Keller, E. (2010). The mirage of a space between Nature and Nurture. Durham, NC: Duke University Press.

Frankenhuis, W. E., & Ploeger, A. (2007). ‘Evolutionary Psychology versus Fodor: Arguments for and against the massive modularity hypothesis.’ Philos. Psychol., 20(6): 687–710.

Garbagnoli, S., & Prearo, M. (2017). La croisade “anti-genre” : du Vatican aux manifs pour tous. Paris, Textuel, coll. “Petite encyclopédie critique”.

Griffiths, P. E. (2008). “Ethology, Sociobiology and Evolutionary Psychology”, in Sarkar, S. & Plutynski, A. (Eds.). A Companion to Philosophy of Biology, New York: Blackwell, pp. 393–414.

Guillo, D. (2012). “Les usages de la biologie en sciences sociales.” Revue européenne des sciences sociales, 50(1): 191–226.

Heyes, C. (2012). ‘New thinking: the evolution of human cognition.’ Phil. Trans. R. Soc. B 367: 2091–2096.

Ibáñez, A., Sedeño, L., & García, A. M. (Eds.). (2017). Neuroscience and Social Science: The Missing Link. New York, NY: Springer.

Ketelaar, T., & Ellis, B. J. (2000). ‘Are evolutionary explanations unfalsifiable? Evolutionary Psychology and the Lakatosian philosophy of science.’ Psychol. Inq., 11(1): 1–21.

Lewis, D. M. G., Al-Shawaf, L., Conroy-Beam, D., Asao, K., & Buss, D. M. (2017). ‘Evolutionary psychology: A how-to guide.’ Am. Psychol., 72(4): 353–373.

Lewontin, R. C. (1991). Biology as Ideology: The Doctrine of DNA. New York, NY: Harper Perennial.

Longino, H. (1990). Science and social knowledge: Values and objectivity in scientific inquiry. Princeton, NJ: Princeton University Press.

McKinnon, S. (2011). La génétique néo-libérale. Les mythes de la psychologie évolutionniste. Paris, L’Éclat, coll. “Terra Incognita”.

Pinker, S. (1997). How the mind works. New York, NY: W. W. Norton & Company.

Pinker, S. (2002). The Blank Slate. New York, NY: Viking.

Putnam, H. (2002). The Collapse of the Fact/Value Dichotomy and Other Essays. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Saint-Martin, A. (2018). “Le danger sociologique ? Un feu de paille.” Zilsel, 3(1): 411–442.

Scher, S. J. & Rauscher, F. (Eds.). (2003). Evolutionary Psychology: Alternative approaches. New York, NY: Springer.

Stengers, I. (2002). Sciences et pouvoirs : La démocratie face à la technoscience. Paris, La Découverte, coll. “La Découverte Poche/Essais”.

Wilson, E. O. (1975). Sociobiology: The new synthesis. Cambridge, MA: Belknap Press.